Brussels job day : 10 erreurs à ne pas commettre lors d’un job day

1. La première impression

Manquer de politesse, arriver en retard, s’adresser au recruteur comme à un « pote » sont autant de comportements à éviter à tout prix lors d’un job day. La première impression joue beaucoup. Un candidat malpoli ou en retard est vite catalogué comme sans gêne ou sans rigueur. Si par malheur vous arriver en retard, pensez à vous excuser auprès de votre interlocuteur.

2. L’habit fait le moine

Même si les Brussels job days semble être des circonstances moins strictes qu’un entretien d’embauche classique, ne négligez pas votre tenue vestimentaire et votre maintien. Si vous vous présentez aux recruteurs en training-casquette, que vous chiquez la bouche grande ouverte, que vous ne vous êtes pas coiffé un minimum, vous partez avec un a priori négatif. Même si cela n’est pas votre intention, si vous affirmez ainsi votre personnalité, ne pas faire attention à soi lors d’une rencontre avec des employeurs c’est un peu comme leur dire d’emblée : « je n’ai pas besoin de paraitre présentable pour vous rencontrer, je me fiche de ce que vous pensez de moi, vous n’en valez pas la peine ». Et puis, vous apprêter un minimum ne pourra que mettre votre charme naturel en valeur.

3. Arriver « les mains dans les proches »

Au sens propre comme au sens figuré, cette attitude est à proscrire. Il faut paraitre décontracté mais savoir se tenir. Et surtout : préparer son entretien. Ne venez pas les mains vides, préparer votre CV avec soin et imprimez-le en nombre suffisant. Prenez avec vous toutes les ressources nécessaires qui pourraient vous mettre en valeur (articles de presse, lettres de recommandations, copies de diplômes,…).
Pensez aussi à préparer le mieux possible votre rencontre avec un représentant d’entreprise. Renseignez-vous sur le(s) poste(s) à pouvoir, bien sûr, mais aussi sur les activités de l’entreprise. C’est toujours très utile et ça vous permettra de ne pas être surpris par une question du genre « que savez-vous de notre organisation ? ». N’oubliez pas de savoir aussi ce que vous voulez : quelles sont vos motivations, vos capacités, vos qualités, votre parcours. Ou encore, rafraîchissez vos connaissances linguistiques, ça peut toujours servir…

4. « Allô, maman ? Oui, je suis à l’un des Brussels job day, là ! »

Dans la série « impolitesses en tout genre » il y a le GSM. Ces « petites bêtes » nous suivent partout et on ne pourra pas vous reprocher de rester contactable. Cependant, évitez de décrocher lors d’une rencontre, voire pensez à mettre votre appareil en mode vibreur (personne – et vous encore moins – n’a envie d’entendre le générique de Star Wars retentir dans toute la pièce). Ce sera perçu comme interruptif, impoli et comme un manque de discernement des priorités.

5. Pie bavarde ?

Bien sûr, lors d’un job day, il faut avoir « des choses à raconter ». Si vous vous montrez trop timide ou renfermés, vous ne renverrai pas réellement une image de leader, de dynamisme, d’autonomie. Mais rien ne sert d’être trop bavard non plus ! Il faut marquer des poses dans nos explications pour laisser le recruteur s’exprimer. Répondez aux questions mais essayez de ne pas monopoliser le temps de parole (surtout lors d’un speed dating). Vous prouverez ainsi que vous savez vous exprimer, mais aussi que vous pouvez être à l’écoute.
Il est préférable de ne pas (trop) parler de sa vie privée, sauf si le recruteur pose des questions à ce sujet. Ne donnez pas d’anecdotes trop personnelles, ce serait déplacé. Ca donnerait l’impression que vous manquez de discernement, que vous savez peu dissocier vie professionnelle et vie privée, ou encore que vous manquez de sérieux.

6. Laisser paraitre votre stress

Un job day est un jour important et vous y ferai face à beaucoup d’opportunités. C’est normal de vous sentir nerveux face à cette situation. Mais tâchez de ne pas paraitre trop stressé. C’est déstabilisant tant pour vous que pour l’employeur. Ca ne montrera de vous qu’un manque de confiance en vous et un manque de self control.
Si vous êtes fort affectés par le stress, sachez qu’il existe de nombreuses techniques de relaxations qui pourront vous aider à mieux vous maitriser.

7. Faire le malin

Il vaut mieux ne pas vous laisser trop déstabiliser par vos nerfs. Mais inutile pour autant de paraitre trop sur de vous et de prendre le recruteur de haut. Sachez faire valoir vos capacités tout en restant modeste. Utilisez des exemples vécus pour illustrer vos dires, citez vos sources. Des phrases telles que « mes amis disent de moi que … », « mon précédent employeurs me décrivait … » ou encore « j’ai eu la chance de … » sont à préférer à des affirmations sans équivoques du genre : Je suis très doué, Je suis performant, on peut compter sur moi, etc.

8. Casser du sucre

Vous avez été victimes d’employeurs vindicatifs ou tyranniques, si vous avez connu des expériences déplaisantes lors de votre parcours professionnels et que vous voulez vous en prémunir ? Evitez tout de même d’en parler pendant un job day. Et en général de parler en mal d’un autre emploi, collègue, professeur, ou d’une formation. Ca donnera de vous une image négative, de critique, et la confiance du recruteur en sera amoindrie. En effet, il aura plutôt tendance à s’identifier à votre supérieur, collègue qu’à vous-même !

9. Jouer sur les émotions

« J’ai vraiment besoin de ce boulot ». On a probablement tous eu envie de prononcer cette phrase à un moment de notre vie. Mais lors de l’un des Brussels job day, n’en faite rien ! Rien ne sert d’essayer d’apitoyer le recruteur, que vos difficultés soient réelles ou non. Jouer sur les émotions, parler de problèmes familiaux ou financier, voire même essayer de séduire l’employeur ne vous mènera pas très loin. Bien que votre interlocuteur compatira probablement, à terme il prendra peur que vous ameniez vos problèmes au travail, plutôt que des solutions.

10. Pas de question ?

Lorsqu’un recruteur vous demande en fin de l’entrevue si vous n’avez pas de question, essayez toujours de trouver quelque chose. Cela montrera que vous êtes réactif et réellement intéressé par le poste. Posez par exemple des questions sur la suite du processus d’embauche ou sur la structure de l’entreprise.