La recherche ardue d’un emploi

Source: levif.rnews.be — Pascal Dewulf

Excepté si vous avez passé ces deux dernières années sous un rocher, vous êtes certainement au courant des hauts et des bas qu’a connu notre économie. Cette dernière redémarre certes peu à peu mais les temps demeurent difficiles pour ceux qui espèrent trouver le job de leurs rêves. Mais qu’à cela ne tienne, laissez-nous vous donner un petit coup de pouce.

Le relationnel: Lors de votre quête d’un emploi, sondez vos amis et connaissances pour savoir s’ils n’ont pas connaissance d’éventuels postes vacants. Une étude révèle en effet que, de nos jours, une grande partie des emplois sont décrochés grâce au relationnel. Veillez donc à étendre votre réseau!

En attendant Godot: La patience est une noble vertu. Vous êtes jeune et ambitieux et souhaitez mettre la main à la pâte sans plus attendre. Sachez cependant que tout ne va pas toujours aussi vite qu’on pourrait le souhaiter. De nos jours, la quête d’un emploi peut facilement durer quelques mois.

Aller jusqu’au bout du tunnel: Vous sautez de joie car vous êtes arrivé au dernier cycle de sélection pour l’obtention du job de vos rêves. Mais le secret consiste à ne pas s’arrêter en si bon chemin. Vous avez d’autres candidatures en cours? Poursuivez alors les procédures de sélection. Les entreprises jouent, en effet, avec ces cycles de sélection successifs et vous tiennent ainsi en haleine tout en préparant parfois déjà la voie pour un autre candidat. Rappelez-vous que l’accord n’est conclu que lorsque le contrat est signé.

Etendez votre champ d’action: Des périodes drastiques exigent des mesures drastiques. Vous rêvez de décrocher un emploi à deux pas de chez vous où vous pouvez vous rendre à vélo le matin, tout en profitant du lever du soleil et d’une légère brise? Qui n’a jamais rêvé de cela? Si vous ne pouvez pas concrétiser ce souhait dans l’immédiat, pensez à étendre vos recherches en dehors de la région que vous convoitiez initialement. Cela augmentera considérablement vos chances de trouver un emploi.

Contrats temporaires: On vous a vivement recommandé de trouver un emploi fixe? Oubliez ces paroles de grand-mère pleines de sagesse. En l’an 2010, le contrat d’intérim ou freelance est tout aussi valable. Mieux encore, de tels contrats temporaires vous offrent plus d’autonomie et plus de flexibilité lorsqu’une opportunité intéressante se présente.

Votre premier job en tant que … postulant: Postuler est pour vous un véritable calvaire? Essayez de voir les choses sous un autre angle. Considérez votre quête d’un emploi comme… un job à part entière. Faites en sorte de vous retrouver tous les jours à neuf heures derrière votre ordinateur portable et effectuez une journée de travail à chercher l’emploi qui vous convient. N’interrompez le travail que pour faire des pauses régulières (déjeuner, etc.). Ainsi, vous pourrez déjà vous familiariser avec le rythme de travail qui sera le vôtre et vous concentrer plus facilement sur ce que vous faites.

Savoir transiger: Vous détenez une série de diplômes mais ne parvenez à décrocher que des emplois qui n’ont rien à voir avec votre expérience académique ou que vous estimez être en-dessous de votre niveau? Là aussi, il faut savoir transiger. Tâchez de trouver un job qui vous plaît, mais ne visez pas uniquement le job idéal car votre rêve pourrait alors très vite tourner au cauchemar. D’ailleurs, un premier emploi n’est que rarement satisfaisant à 100%.

Prenez du recul et détendez-vous: Cela peut avoir l’air d’une plaisanterie, mais une partie de votre quête se composera… d’attente. Tout débute avec un CV exemplaire et une lettre reprenant vos motivations, que vous postez sur des sites d’emploi en ligne. De nos jours, bon nombre d’employeurs utilisent intensivement ces circuits. Il ne vous reste plus qu’à attendre le coup de fil ou l’e-mail qui vous délivrera.

Vos points forts et vos points faibles: Lors de votre quête d’un emploi, consacrez du temps à l’évaluation et ajustez le tir si nécessaire, tout comme vous le feriez par exemple en tant que chef de projet au sein d’une entreprise. Votre français n’est pas impeccable ? Optez dans ce cas pour un cours accéléré. Vous n’avez pas la parole aussi facile que vous l’espériez? Pourquoi ne pas engager un jeu de rôles avec une personne de confiance? Si nécessaire, revoyez votre CV et/ou votre lettre de motivation. En d’autres termes, travaillez votre image.

Fatigué mais satisfait: Nous ne pouvons y échapper. A un certain moment, la lassitude de poser sa candidature peut se faire sentir. Restez cependant vigilant et recueillez suffisamment d’informations auprès des entreprises où vous avez obtenu un entretien. Cela demande certes beaucoup d’énergie mais en fin de parcours, vous serez un homme ou une femme heureux (se).

Demander ne coûte rien: A la fin d’un entretien, n’hésitez pas à demander quelles sont vos chances et combien de candidats sont encore en lice. Mieux encore: si vous arrivez au deuxième ou au troisième cycle de sélection, fixez une date butoir à laquelle vous voulez savoir si vous avez obtenu le job ou non. Cela vous permet de planifier votre programme lors de votre quête d’un emploi, tout en créant chez l’employeur un sentiment que vous pourriez très rapidement ne plus être disponible dans le circuit d’embauche. Vous serez par conséquent une personne très convoitée.

Business is business: Restez professionnel. Si vous avez manqué de peu un poste, ne téléphonez pas en pleurs à l’entreprise en question. Un emploi est et demeure une transaction commerciale. Vous offrez vos talents à une entreprise qui vous rétribue pour cela. Ce n’est ni plus ni moins. Vous n’êtes pas le veinard que vous espériez être? Prenez du recul, respirez profondément et poursuivez votre quête. Le monde (des affaires) est ainsi fait!